Igor Shmygin 2 partie

Mais une première règle dans l‘Aïkido est l‘amitié.

Igor Shmygin au dojo à Charkiv, 2010.
Igor Shmygin au dojo à Charkiv, 2010.

… Plus tard, c‘est devenu difficile du point de vue financier. J‘ai eu des enfants, je devais trouver du travail. Je ne pouvais plus aller en Espagne, je n‘en avais pas les moyens.
Un jour je reçu un appel de Leningrad qui m‘annonçait la venue de Masakate Fujita. J‘ai commencé à pratiquer avec lui.
Mes 1er et 2ème dan, je les ai obtenus de Yasunari Kitaura. Les 3ème, 4ème et 5ème je les ai obtenus de Masakate Fujita Senseï. Durant 16 ans il s‘est déplacé en Ukraine et nous a aidé à développer notre fédération. J‘ai personnellement beaucoup progressé en allant à presque tous ses stages.
Beaucoup de personnes ne savent pas quel sorte d‘aïkido pratiquer : Yoshinkan, Ki Aïkido ou Aïkikaï. Fujita Senseï disait : choisissez ce que vous voulez, c‘est votre choix.
Je peux dire que l‘aïkido c‘est ma vie. J‘ai passé beaucoup de temps pour la communauté pour trouvez des instructeurs, les former. Aujourd‘hui presque tout le monde connait l‘aïkido.
En 1991 le Ministre des Sports était un ami. Cet ancien champion d‘athlétisme s‘est intéressé à l‘aïkido et après avoir vu une démonstration, il a été convaincu qu‘il fallait le développer. Il a fait le nécessaire pour que l‘aïkido devienne un art martial officiel. Nous avons démarré avec les policiers.

L‘Aïkikaï envoya plusieurs Shihans dans différents pays de l‘Est, par exemple Kitaura d‘Espagne, Tamura de France et Yamada des Etats Unis. Dans ces pays que les Shihans visitaient, l‘Aïkido se développa très rapidement.

En Italie, j‘ai rencontré Tada Sensei lors d‘un stage. Je n‘avais plus d‘argent et je devais trouver un endroit où dormir. C‘était en 1993.
À 4 km du lieu du stage, je rencontrais alors un russe qui venait d‘URSS et je lui demandais combien coûtait une nuit sur le camping. 10 dollars par nuit m‘informa-t-il. Cet homme russe que je venais de rencontrer me questionna. Il souhaitait savoir d‘où est-ce que je venais. D‘Ukraine lui dis-je, et il m‘invita. Le lendemain, en me réveillant je voulais manger mais l‘argent manquait. Il y a avait une famille d‘Allemagne. Le Russe que j‘avais rencontré les informa que j‘avais faim. Ils m‘invitèrent et dès lors une amitié se créa. L‘argent manquait mais j‘avais une bouteille de Vodka.
Le lendemain soir, nous étions assis dans un café et buvions la bouteille de Vodka. Mon épouse se trouvait dans le sud de l‘Ukraine et fêtait son anniversaire. Mais je n‘avais pas d‘argent pour l‘appeler.
Le russe avec qui je commençais à me lier d‘amitié m‘amena à la cabine téléphonique et me demanda le numéro de téléphone de mon épouse. Je n‘avais pas d‘argent et je le voyais alors introduire de la monnaie dans l‘appareil. Des dizaines de personnes chantaient un joyeux anniversaire à mon épouse et elle pleurait. Et tout le monde, environ cinquante personnes buvaient à la bouteille de vodka. J‘ai cru que mon cœur allait s‘arrêter de battre.

© Copyright 1995-2014, Association Aïkido Journal Aïki-Dojo, Association loi 1901